Comment aider les pitonneux à intégrer le marché du travail en TI ?

Comment aider les pitonneux à intégrer le marché du travail en TI ?

TI

Un organisme propose LAB 12, un programme intensif, présenté comme un boot camp, qui offre aux participants de travailler sur de vrais projets en TI…

Cet organisme à but non lucratif, Les Pitonneux, veulent ainsi répondre à la pénurie de talent dans ce secteur.

Comment ? En aidant les autodidactes de la programmation à intégrer le marché du travail. Situés à la Maison Nortman, les Pitonneux ont profité de la journée Portes Ouvertes Start-up pour présenter le potentiel de cette main-d’œuvre insoupçonnée.

Répondre à la pénurie

Selon Roberta Valon, cofondatrice de Les Pitonneux, les entreprises devraient se montrer plus ouvertes en ce qui concerne les personnes qu’elles désirent embaucher. « Il y a vraiment urgence à former plus de gens » constate-t-elle, avant de rectifier, « à inclure plus de gens. Nos participants comptent en moyenne 50 % de femmes, précise-t-elle, pourtant, elles ne représentent qu’une minorité sur le marché des TI. »

Les Pitonneux sont aussi habitués à accueillir des immigrés. C’est une main d’œuvre d’autant plus intéressante, selon Roberta, qu’une étude académique aurait démontré que les équipes diversifiées sont capables d’apporter des solutions plus innovantes et performantes que les groupes de travail homogènes.

Un programme intensif de 12 semaines

Pour préparer les participants à la réalité professionnelle qui les attend, les Pitonneux proposent LAB 12, un programme intensif de 12 semaines, présenté comme un boot camp, et qui offre aux participants de travailler sur de vrais projets en TI. L’objectif n’est pas de donner des cours de programmation (ils sont accessibles gratuitement en ligne). « Il s’agit plutôt de mettre les futurs programmeurs en situation, explique Roberta. C’est dans la collaboration que tu commences à bâtir ton réseau. »

Par ailleurs, beaucoup de passionnés n’osent pas envisager une carrière dans les TI, car leur bagage professionnel n’a pas de rapport avec ce secteur. Mais selon Roberta, c’est une question de point de vue. Aujourd’hui, plutôt que de s’attacher aux années d’expérience, les recruteurs s’intéressent davantage aux problèmes que les candidats ont pu résoudre et aux situations qu’ils ont su améliorer au fil de leur parcours, quel qu’il soit. « Les startups recherchent des candidats capables de travailler en équipe et de se montrer proactifs. Nous les aidons aussi à prendre confiance dans la présentation de leurs expériences » conclut-elle.

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Revue techno!
17 avril 2019
Apprendre le dénouement de Game of Thrones avant les...
En lire plus
Les grands dirigeants ont le portefeuille bien garni! Au...
En lire plus
Ce n’est pas ça qui manque, du boulot, dans...
En lire plus
URBANIA, Productions Version 10, lg2, Télé-Québec, Radio-Canada et l’ONF...
En lire plus

Emplois en vedette

Développeur(-euse) web back-end PHP
  • Date de publication17 avril 2019
  • EntrepriseEspresso Jobs
  • VilleMontréal
Directeur(-trice) en intelligence d'affaires et recherche marketing
  • Date de publication12 avril 2019
  • EntrepriseHéma-Québec
  • VilleMontréal
Designer graphique avec expérience en UX/UI
  • Date de publication8 avril 2019
  • EntrepriseMinimal
  • VilleMontréal
Développeur(-euse) (front-end)
Développeur(euse) Backend
  • Date de publication29 mars 2019
  • EntrepriseLudia
  • VilleMontréal
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM