Comment trouver votre 1er emploi après un bootcamp de codage

Comment trouver votre 1er emploi après un bootcamp de codage

Ceux qui sont passés par les bootcamps ont souvent un parcours unique qui les distinguent des autres candidats. Mais comment le mettre à profit?

Les écoles de développeurs aux États-Unis vont diplômer plus de 23 000 personnes cette année, selon une récente étude. C’est 10 fois plus qu’en 2012. Et les tendances sont les mêmes au Québec et au Canada…

Cette vague de nouveaux développeurs a créé une féroce compétition pour les postes juniors.

Leslie Stevens-Huffman s’est intéressée au sujet dans un article publié dans Dice.

«La conséquence directe de tous ces bootcamps de codage est la vague de développeurs juniors», explique Mike Adamski, qui a eu son diplôme en mai dernier.

Même si Adamski a tenté de se démarquer face aux employeurs potentiels – en démarrant sa propre compagnie de développement web, en participant à des événements de son industrie et en publiant des codes sur GitHub tous les jours par exemple-, l’ancien gardien de prison et travailleur en entrepôt a eu toutes les difficultés du monde à faire son chemin.

Après 90 jours et 120 candidatures, Adamski a finalement réussi à obtenir un stage, et travaille maintenant à temps plein pour Ace-up, une plateforme pour des coachs professionnels.

Leslie Stevens-Huffman a demandé à Adamski et Kyle Warneck, un ingénieur logiciel pour Adobe qui a suivi un bootcamp en 2014, de partager quelques conseils pour arriver à obtenir son premier emploi.

Traitez votre recherche d’emploi comme n’importe quel autre bootcamp

Les programmes de formation les plus intenses peuvent prendre jusqu’à 10 heures par jour, 6 jours par semaine. Votre recherche d’emploi devrait vous prendre autant d’énergie.

«Ça prend de l’endurance», explique Warneck, qui a soumis plus de 45 candidatures après ses études, participé à plus de 10 entrevues et finalement reçu 6 offres d’emploi. «Ne faites pas tout seul, affirme-t-il. Enclenchez votre système de soutien, et n’ayez pas peur d’admettre ce que vous ne savez pas. Ceux qui obtiennent un emploi sont ceux qui ont le plus postulé.»

Assurez-vous toutefois de balancer qualité et quantité. Prenez une heure ou deux pour faire vos recherches sur la compagnie qui vous intéresse et identifiez des mots-clés. Remplissez ensuite votre curriculum vitae d’un nombre raisonnable de ces mots. Votre demande risque alors de passer à l’étape suivante. Si vous êtes chanceux, vous aurez droit à une entrevue.

Si vous n’êtes pas à la hauteur de l’entrevue selon vous, ne vous découragez pas. Voyez plutôt ça comme une expérience enrichissante. Même si vous ne connaissez pas telle ou telle réponse, demandez à quelqu’un de vous expliquer.

Mettez de l’avant vos qualités uniques

Les gestionnaires ont tendance à regarder les qualités et les compétences potentielles en évaluant des candidats juniors. Adamski et Wameck ont tous deux réalisé que de mettre de l’avant des talents en design, un intérêt pour la musique, une expérience militaire, ou un voyage en Afrique du Sud peut vous permettre de vous démarquer.

«N’essayez pas d’entrer en compétition avec des développeurs qui ont un diplôme en sciences informatiques, parce que c’est impossible», note Warneck qui a un baccalauréat en sociologie.

Ceux qui sont passés par les bootcamps de codage ont souvent un parcours unique, qui les distinguent des autres candidats. Souligner ces expériences intéressantes dans votre curriculum vitae et vos profils en ligne.

Adamski pense aussi qu’il peut être payant de réduire votre lettre de présentation, tout en utilisant le ton de la conversation pour attirer davantage l’attention. Quand on pense à l’évolution rapide de la recherche d’emploi, soyez certain de rappeler votre intérêt aux employeurs potentiels.

Visez le bon marché

Les grosses compagnies publiques préfèrent engager des diplômés en sciences informatiques d’universités renommées, alors il peut être intéressant de vous concentrer sur des PME. En plus, ces entreprises offrent souvent le support nécessaire pour favoriser l’entrée dans le milieu.

«Ne fuyez pas les startups, puisque leur environnement ressemble à celui des bootcamps», conseille Adamski. «Les équipes essaient de trouver des solutions à des problèmes auxquels ils n’ont jamais fait face, et tout le monde travaille ensemble en ce sens.»

Aussi, soyez flexible. Être capable de travailler sur un projet de façon bénévole ou de débuter comme employé contractuel peut vous permettre d’intégrer l’industrie.

Ceux qui ont fait des bootcamps n’ont peut-être pas l’attention immédiate des recruteurs du monde de la techno en ce moment, mais c’est sur le point de changer. Regardez Warneck et Adamski par exemple: vous risquez d’être bombardé d’offres dès que vous aurez obtenu votre premier emploi!

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Le CV reste la meilleure façon de se présenter...
En lire plus
Pour bien décrire votre emploi de rêve en entrevue,...
En lire plus
Les compétences, vous les avez sur votre CV :...
En lire plus
En entrevue d'embauche, il vaut parfois mieux entendre un...
En lire plus

Emplois en vedette

Coordonnateur(-trice) d’équipe technique
Intégrateur(-trice) web WordPress
Chef de projet QA
  • Date de publication9 octobre 2019
  • EntrepriseLudia
  • VilleMontréal
Designer-Coordonnateur(-trice)
Programmeur(-euse) Unreal sénior
  • Date de publication4 octobre 2019
  • EntrepriseFrima Studio
  • VilleQuébec
Programmeur(-euse) full stack
  • Date de publication2 octobre 2019
  • EntrepriseEspresso Jobs
  • VilleMontréal
Modeleur(-euse) de personnages 3D sur Jurassic World Alive
  • Date de publication1 octobre 2019
  • EntrepriseLudia
  • VilleMontréal
Développeur(-euse) de jeu mobile C++
  • Date de publication18 septembre 2019
  • EntrepriseLudia
  • VilleMontréal
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM