11 signes d’un bureau toxique

11 signes d’un bureau toxique

Rumeurs, boss dictateur, absentéisme? Si ces situations se produisent au travail, essayez ces stratégies pour préserver votre santé mentale…

Les travailleurs toxiques, vous connaissez? Une étude de Harvard explorant un vaste ensemble de données de plus de 50 000 travailleurs dans 11 entreprises a conclu qu’un travailleur toxique «adopte un comportement nuisible à une organisation, y compris ses biens ou ses personnes».

Ce ne sont pas des employés à faible rendement ou à faible statut qui se cachent dans des cubicules en portant des chandails à capuchon. Ce sont des gens talentueux et productifs qui agissent de la pire façon. Plus ils sont instruits, riches et prestigieux, plus ils sont toxiques.

Selon les auteurs de l’étude, ces travailleurs peuvent «entraîner des coûts organisationnels importants, notamment une perte de clientèle, une perte de moral des employés, une augmentation du roulement et une perte de légitimité parmi les intervenants externes importants».

Voici des signes à ne pas négliger qui démontrent que vous êtes entouré de ces personnalités nuisibles, selon Inc.com.

1. Les rumeurs se répandent

C’est de cette manière que les travailleurs toxiques font connaitre leur mécontentement. Ils vont se rassembler après les réunions pour transmettre une énergie négative sur ce qui vient de se passer ou pour crucifier la direction.

Gardez un œil attentif sur leurs allées et venues; ils peuvent faire des pieds et des mains pour se lier d’amitié avec de nouveaux employés pour vilipender quelqu’un ou quelque chose et répandre leur cancer.

2. Le moral est au plus bas

Des travailleurs démotivés sont souvent associés à une gestion toxique. Cela indique généralement une culture basée sur la peur qui n’encourage pas les employés à offrir leurs idées, leur contribution, leur créativité ou leurs forces à la stratégie globale de l’entreprise parce qu’ils ne sont que des travailleurs. Cette vision va diminuer l’énergie et la motivation directement.

3. Les gestionnaires sont des dictateurs, pas des leaders

Les managers qui sont plutôt des dictateurs favorisent une culture de méfiance toxique qui rend impropre la divulgation d’informations ou le travail en étroite collaboration. La survie au travail sous une dictature est pénible de jour en jour, en raison de l’imprévisibilité de l’environnement dans lequel vous vous trouvez.

4. Pas de reconnaissance

Au jeu de la carotte et du bâton, les endroits pourris sont ceux où les gestionnaires sont prompts à signaler les erreurs et à punir les fautifs. Quant aux bons coups, ils ne sont jamais reconnus. On utilise le bâton beaucoup trop souvent, et presque jamais la carotte.

5. La lourdeur administrative

Il y a beaucoup trop de couches hiérarchiques entre une demande pour une nouvelle chaise de bureau et son approbation. La direction d’un tel endroit s’emploie aussi à tout microgérer.

6. Le rendement à tout prix

On ne parle que de battre les concurrents, de réduire les dépenses et d’augmenter les profits, sans égards à l’impact de ces mesures sur la productivité… et le moral des troupes.

7. L’intimidation règne

Les patrons se comportent en bullies, ou tolèrent l’intimidation perpétrée par certains employés.

8. La concurrence est forte

Les employés doivent compétitionner entre eux, et l’évaluation de la performance est centrée sur l’Individu plutôt que sur l’équipe.

9. La conciliation travail-famille, cette inconnue

Les besoins des employés qui ont des enfants sont relégués au second plan, la surcharge de travail est une constante, on demande d’être disponible en tout temps en cas d’urgence. Quant aux vacances, elles sont une vue de l’esprit. L’entreprise, elle, ne donne rien à la communauté et ne demande jamais à ses salariés de contribuer à une cause.

10. Le contact humain est perdu

Les gens sont considérés comme des objets ou des dépenses plutôt que comme des personnes, et leur bonheur ou leur bien-être sont peu préoccupants. Leur vie personnelle ou familiale doit être sacrifiée pour le travail, comme en témoignent les semaines de travail de plus de 50 heures, peu ou pas de vacances, et la disponibilité 24/7 pour la communication au travail.

Les employés subissent des pressions pour se faire concurrence à l’interne, ce qui est imposé par des mesures de performance individuelles plutôt que par la performance de l’équipe. Il y a aussi peu de preuves de la compassion et de l’empathie des dirigeants pour les employés.

11. Les problèmes de santé et l’absentéisme sont en hausse

En raison de ce manque d’humanité, les lieux de travail toxiques sont stressants et malsains et, au fil du temps, les gens se découragent et éprouvent des problèmes de santé physiques (fatigue) et émotionnels (dépression, épuisement professionnel ou anxiété).

Alors que plus de gens se découragent et se sentent frustrés sous l’emprise d’un milieu de travail toxique, vous remarquerez une augmentation de la colère, des conflits et de l’irritabilité, sans compter les journées de maladie, l’absentéisme, le roulement et l’invalidité.

Comment faire face aux travailleurs toxiques ?

Pour réduire la nocivité en milieu de travail, quelques stratégies peuvent être mises en place. Ainsi, tant les directeurs de service que les ressources humaines doivent insister sur des comportements qui prônent le travail d’équipe, le respect, mais surtout la reconnaissance.

Aussi, des séances de formation, tant pour les directeurs que pour les employés, peuvent faire la différence. À cet égard, imposer des limites quant aux comportements inacceptables, et les limites à respecter. Les employés peuvent aussi être incités à établir des limites pour eux, et à respecter celles des autres.

Enfin, pour éliminer tant les comportements nocifs que ceux qui les perpétuent, la direction doit faire la promotion d’une attitude saine qui prohibe les ragots, l’intimidation et le manque de respect. Plus nombreux sont les employés qui s’impliquent dans un tel mouvement, plus facile il sera d’écarter ceux qui continuent de contribuer à la toxicité de l’environnement de travail.

De votre côté :

• Rassemblez des collègues partageant les mêmes idées que vous et en qui vous avez confiance, qui deviendront vos alliés et surveilleront vos arrières.

• Évitez les travailleurs toxiques en créant une distance physique. La recherche indique que si vous êtes à plus de 100 pieds de quelqu’un, ils pourraient aussi bien être dans un autre pays.

• Communiquez avec assurance. Énoncez les faits et documentez tout ce qui se passe. Tout.

• Évitez les commérages, soyez professionnel, faites votre travail et rentrez chez vous. Éviter la confrontation avec un travailleur toxique. Cependant, s’il vous trouve, ne reculez pas. Soyez prêt à vous défendre ou la cible sur votre dos ne fera que grossir. Assurez-vous de choisir vos batailles à bon escient.

• Focalisez sur le positif. Recherchez le bon travail des autres et les aspects positifs de votre vie. Il peut être utile de tenir un journal de reconnaissance et de nommer trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant à la fin de chaque journée.

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Les premiers jours, il est encore peu probable que...
En lire plus
Tests de Q.I., de personnalité, d’aptitudes, de connaissances :...
En lire plus
Le fait d’être apprécié est plus significatif que d’être...
En lire plus
Le créateur d’Apple disposait d’une méthode bien à lui...
En lire plus

Emplois en vedette

Conseiller(-ère) principal(e) aux communications stratégiques
  • Date de publication13 novembre 2019
  • EntrepriseHéma-Québec
  • VilleMontréal
Gestionnaire de campagnes numériques
  • Date de publication13 novembre 2019
  • EntrepriseGLO
  • VilleMontréal
Relationniste de presse et des médias sociaux
  • Date de publication12 novembre 2019
  • EntrepriseHéma-Québec
  • VilleMontréal
Conseiller(-ère) au développement des affaires
  • Date de publication28 octobre 2019
  • EntrepriseReptile
  • VilleBrossard
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM