Comment abandonner un processus d’embauche et garder de bons contacts

Oui, vous pouvez ne pas aller jusqu’au bout d’un processus d’embauche, mais il faut vous assurer que les choses se terminent dans les règles de l’art…

Vous avez postulez pour un emploi, puis vous avez traversé une série d’entrevues et de tests. En cours de route, vous constatez que le poste ne correspond pas à vos attentes, ou encore vous voyez que la culture d’entreprise ne correspond pas à vos valeurs. Peu importe la raison, il n’en demeure pas moins que vous ne voulez pas continuer le processus d’embauche.

Comment s’en sortir avec élégance sans endommager votre réputation?

Voici quelques façons de vous retirer adéquatement d’un processus d’embauche, selon les conseils de Dice.

Se retirer rapidement

Si vous souhaitez dire non, il est préférable de le faire le plus tôt possible, a expliqué Megan McCann, PDG du cabinet de recrutement informatique McCann Partners. Limiter les dommages est déjà assez difficile, mais cela ne fait qu’aggraver les choses si vous laissez l’employeur en attente pendant des jours ou même des semaines.

«J’encourage toujours les candidats à passer le premier entretien afin qu’ils puissent en savoir plus sur l’opportunité et voir si cela leur convient, dit McCann. Si vous avez des doutes, cependant, dites non sur place ou prenez un jour ou deux pour réfléchir, mais faites preuve de respect envers l’employeur en vous retirant dès que votre décision est prise.»

Par exemple, si vous vous rendez compte à la fin de la première entrevue que le travail n’est peut-être pas le bon pour vous, remerciez le gestionnaire d’embauche pour son temps et mentionnez que vous avez apprécié la conversation avant de terminer avec quelque chose comme : «Votre offre est certainement à considérer. J’aimerais revoir mes notes avant de vous donner une réponse.»

Le fait de laisser tomber des indices au moment opportun peut adoucir le coup et empêcher votre refus de venir comme une surprise complète pour les RH ou le gestionnaire d’embauche.

Ce n’est pas vous, c’est moi

Quand il s’agit de communiquer votre décision, en dire moins est le mieux.

Ne vous laissez pas embourber dans les détails et ne critiquez pas l’entreprise. Dites simplement que vous avez réfléchi et que vous ne pensez pas que cet emploi n’est pas la bonne chose pour vous à ce moment-ci.

Essentiellement, vous voulez imiter le style d’une lettre standard de refus de l’employeur. Gardez les besoins de l’employeur au premier plan en soulignant que vous ne voulez pas leur faire perdre leur temps.

Si vous avez décidé de quitter le processus d’embauche et de ne pas être pris en compte pour des rôles futurs, le fait de parler du bas salaire ou des tâches non pertinentes peut être interprété comme une stratégie de négociation peut mener une discussion embarrassante. Une fois que vous êtes arrivé à ce point, il peut être presque impossible de faire une sortie gracieuse.

De plus, n’offrez aucun détail si vous avez accepté un autre poste ou si vous avez été approché par un concurrent important, parce que vous ne voulez pas paraître arrogant ou vantard.

D’autre part, si vous souhaitez garder la porte ouverte pour de futures opportunités ou rester en contact avec le gestionnaire d’embauche, fermez la conversation en indiquant poliment votre demande.

Protocole

Si vous travaillez avec un recruteur tiers, il transmettra votre décision à l’entreprise, mais vous devriez toujours fermer la boucle avec un courriel remerciant le gestionnaire d’embauche pour leur temps et de vous avoir considéré pour le poste.

Si vous avez fait votre demande vous-même et que vous avez rencontré plusieurs fois le gestionnaire d’embauche, il est plus professionnel de divulguer les mauvaises nouvelles par téléphone, suivi d’un courriel de confirmation. Donnez une brève raison à votre décision si vous avez construit une relation, mais écrivez ce que vous voulez dire à l’avance pour éviter de tomber dans les mauvaises herbes.

Le rejet n’est qu’une partie du processus d’embauche, et cela ne justifie pas une longue explication ou des excuses de la part de l’une ou l’autre des parties – mais il faut du tact. «Protéger votre réputation professionnelle est devenu plus important que jamais à l’ère d’Internet, note Megan McCann. Les carrières modernes sont longues et les ponts brûlés sont difficiles à réparer.»

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
C’est officiel : l’holacratie, et toute forme similaire d’organisation...
En lire plus
Ce n’est pas facile d’en parler. Résiliation, séparation ou...
En lire plus
L’obligation de loyauté envers son employeur c’est beaucoup plus...
En lire plus
Ce n’est pas impossible, nous dit notre chroniqueuse... Obtenir...
En lire plus

Emplois en vedette

Développeur(euse) Web - Ruby on Rails
  • Date de publication17 août 2018
  • EntreprisePetalMD
  • VilleQuébec
Gestionnaire Technique
  • Date de publication17 août 2018
  • EntrepriseFrima Studio
  • VilleQuébec
Designer d’interfaces sénior
  • Date de publication17 août 2018
  • EntrepriseFrima Studio
  • VilleQuébec
Journaliste
  • Date de publication15 août 2018
  • EntrepriseDroit-inc
  • VilleMontréal
Technicien(ne) en informatique - Développeur Full Stack
Journaliste / rédacteur(trice) en chef
Rédacteur(trice) en chef
  • Date de publication13 août 2018
  • EntrepriseSecrétaire-inc
  • VilleMontréal
Lead et développeur(euse) backend (intermédiaire à sénior)
  • Date de publication10 août 2018
  • EntrepriseNixa
  • VilleMontréal
Directeur(trice) artistique
  • Date de publication8 août 2018
  • EntrepriseFrima Studio
  • VilleQUÉBEC
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.