Le sport électronique, un monde encore trop masculin

Le sport électronique, un monde encore trop masculin

esport

Les JO battent leur plein à Pyeongchang. Pour la première fois, le sport électronique y a fait son entrée, et par la grande porte… Mais où sont les femmes?  

Les femmes ne représentent que 5 % des concurrents aux principaux tournois de sport électronique, et elles y sont encore moins visibles qu’à la Silicon Valley ou dans le domaine de l’intelligence artificielle. « Les jeux proposent majoritairement des univers masculins très stéréotypés », explique Gabrielle Trépanier-Jobin, professeure en jeux vidéo et industries culturelles à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Peu nombreuses sont les femmes à jouer aux jeux qui sont mis de l’avant dans la plupart des compétitions, comme StarCraft ou League of Legends. Les univers que proposent ces jeux sont typiquement masculins et plutôt traditionnels, remarque Gabrielle Trépanier-Jobin.

Il y a tout de même un peu d’espoir : le jeu Overwatch – campé dans un contexte urbain futuriste et proposant des armes différentes ainsi que différentes manières de neutraliser l’ennemi – semble attirer de nombreuses jeunes femmes, qui constituent des équipes de compétition et qui s’y illustrent particulièrement. Les personnages féminins de ce jeu sont également moins hypersexualisés que la moyenne.

Harcèlement

L’autre grande raison de la quasi-absence des femmes en sport électronique est l’intimidation qu’elles subissent lorsqu’elles jouent en ligne. Le milieu du jeu vidéo est pollué par un machisme souvent virulent, qui refroidit la plupart des joueuses. «Lorsqu’elles jouent en équipe, elles choisissent souvent de se retirer du clavardage vocal pour ne pas être identifiées comme femmes et pour esquiver les insultes sexistes, précise Gabrielle Trépanier-Jobin. En fermant ainsi leur micro, elles nuisent à la communication nécessaire au jeu, et donc à leur performance globale. Ça ne leur permet pas de maximer leur potentiel et leur talent, et ça les empêche d’améliorer leurs stratégies. »

De bons modèles féminins, pourtant

Les Québecoises et les Canadiennes font tout de même bonne figure dans ce monde masculin stéroïdé. Sasha Austin, une Ontarienne de 24 ans, a battu un Coréen dans une compétition internationale de StarCraft. La Québécoise Stéphanie Harvey est quant à elle championne du monde du jeu Counter-Strike.

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Quelles sont les initiatives qui distinguent les meilleures entreprises...
En lire plus
Vous êtes fan de gaming et voulez faire carrière...
En lire plus
Au sein du studio montréalais Scavengers, auquel on doit...
En lire plus
Comment on parle, dans l’industrie des jeux vidéo? Réponse...
En lire plus

Emplois en vedette

Développeur.se Back-End
  • Date de publication30 juin 2022
  • EntrepriseLes Manifestes
  • VilleVaudreuil-Dorion
Développeur.se full-remote freelance Ruby On Rails senior
  • Date de publication29 juin 2022
  • EntrepriseDavid&Goliath
  • VilleTélétravail
Direction adjointe marketing
Développeur.euse Backend Drupal -  télétravail
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM