Numérique : les 7 forces du savoir-être professionnel

Numérique : les 7 forces du savoir-être professionnel

Pour se démarquer face à des recruteurs, mais aussi pour se voir apprécié à son travail et obtenir de bonnes références, les compétences techniques seules ne suffisent pas. Quelles sont les qualités que nous pouvons travailler pour faire la différence ?  

Ce sont nos aptitudes relationnelles, nos valeurs et nos comportements, et non nos seules compétences techniques, qui nous permettent de mener à bien nos tâches quotidiennes, dans les métiers du numérique comme dans d’autres secteurs d’activité. 

De plus, même si on n’en a pas toujours conscience, les employeurs accordent beaucoup d’importance à ces soft skills (ou qualités humaines) pour s’assurer de notre fiabilité et de notre efficacité.

Voici donc sept manière d’exprimer son savoir-être professionnel pour marquer des points et se tailler une carrière à la hauteur de ses ambitions !

1. Le sens de l’organisation

La capacité d’organisation est sans doute une des premières compétences qu’on recherche chez les personnes évoluant dans la sphère numérique. Que l’on soit ingénieur de systèmes, programmeur ou level designer, la moindre erreur peut compromettre notre emploi du temps, ainsi que celui d’autres personnes si on évolue au cœur d’un projet. Il faut donc bien coordonner ses tâches et prévoir l’imprévisible si on ne veut pas être stressé au quotidien… ni stresser ses responsables 

2. L’intelligence émotionnelle

Même si elle ne se résume pas à cela, l’intelligence émotionnelle consiste essentiellement à maîtriser ses émotions. Or, de nombreux métiers du numérique peuvent mettre les nerfs à rude épreuve, surtout lorsque le projet auquel on participe est attendu de pied ferme et qu’on a beaucoup de pression sur le dos. Il se peut aussi qu’on tombe sur des gestionnaires au comportement confrontant ou si irritant qu’on a souvent envie de sortir de ses gonds. Mais si on n’arrive pas à contrôler ses émotions (peur, tristesse, irritation, stress, etc.), on risque de tout faire de travers, voire de traîner sa mauvaise humeur au-delà du travail. Ce qui n’est bon ni pour soi, ni pour ses proches, ni pour sa carrière.

3. La capacité d’adaptation

Héraclite d’Ephèse l’a dit : « Rien n’est permanent, sauf le changement ». C’est d’autant plus vrai dans le monde du travail où, tout à coup, l’humeur de son directeur, d’un collègue ou d’un client peut changer. Il faut aussi s’attendre à ce que des nouveautés ou des décisions en haut lieu imposent de revoir sur un dix cents ce que l’on avait prévu initialement. Bref, notre environnement de travail nous pousse à relever des défis au quotidien. Et c’est seulement en ayant une facilité d’adaptation qu’il est possible d’évoluer, quitte à faire face à ses peurs et ses erreurs, à penser en termes de solutions et non de problèmes, et en s’armant d’une grande flexibilité mêlée à une bonne dose de patience. 

4. Le sens de la communication

Cela peut être surprenant de prime abord, parce que tous les geeks ne sont pas reconnus comme de grands orateurs – et le mot est faible –, mais la communication ne se résume pas seulement à la parole. En effet, il faut savoir maîtriser les bons canaux de communication et la tonalité de ses messages avec ses collègues selon la situation. Un bon communicateur est aussi capable de transmettre l’information de manière sûre, calme et claire, tout en étant suffisamment charismatique pour que les gens aient envie de suivre son idée. Cela fait de lui une personne qui sait ce qu’elle fait, qui est à l’écoute et qui peut épauler les autres.

5. L’esprit d’initiative

Les journées d’un technicien, d’un programmeur ou d’un analyste ne sont jamais identiques. Chaque situation peut apporter son lot de défis, et on est souvent amené à prendre des décisions et à se montrer proactif. Par conséquent, surtout si on nourrit des ambitions professionnelles, il est crucial de refléter l’image d’une personne fiable et autonome à laquelle on peut confier une mission sans avoir à donner des instructions détaillées ni à surveiller étroitement. 

6. La polyvalence

Y a-t-il un secteur d’activité qui évolue plus vite que celui du numérique ? Nouvelles technologies, nouveaux procédés, nouveaux besoins des consommateurs ; il faut sans cesse se tenir au courant et se mettre à niveau. Faire preuve d’une grande polyvalence et être capable de porter plusieurs chapeaux est par conséquent toujours bien vu par les sociétés et les studios.

7. L’aisance relationnelle

Que l’on soit ou non en contact avec les autres, il est primordial, dans le numériquecomme dans la plupart des métiers, de témoigner en tout temps de la gentillesse et de la cordialité aux personnes avec lesquelles on interagit : collègues, fournisseurs, clients, gestionnaires, etc. Nos qualités relationnelles constituent la clé de voûte pour jouer notre rôle à la perfection… et pourquoi pas accéder plus facilement à une promotion !

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Tout le monde est nerveux lors de sa première...
En lire plus
Dans votre CV, évitez certaines expressions galvaudées. Utilisez plutôt...
En lire plus
C'est bien beau de vouloir apprendre un langage de...
En lire plus
Pour les nouveaux gestionnaires, il y a des premières...
En lire plus

Emplois en vedette

Technicien.ne Informatique Niveau 2 - Ville de Laurier-Station Merci !
  • Date de publication29 novembre 2022
  • EntrepriseUMAN Recrutement
  • VilleLaurier-Station
Responsable Produits
Développeur.se Front-End Principal.e
Directeur.rice Services-Conseils
Lead Développeur.se Back-end
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM