Recrutement à l’étranger : un investissement gagnant

Recrutement à l’étranger : un investissement gagnant

Face à une criante pénurie de main-d’œuvre, de plus en plus d’entreprises québécoises du numérique se tournent vers le recrutement international pour trouver du personnel. Avec des solutions créatives à la clé !

Les chiffres ne mentent pas. Selon un sondage dévoilé en avril 2021 par le Conseil du patronat du Québec (CSQ), 94 % des entreprises connaissent des problèmes pour embaucher du personnel. Sur 430 entreprises sondées, près de la moitié avouent refuser des contrats, et 39 % ont aussi eu à retarder des investissements. 

Évidemment, cette étude touche tous les secteurs d’activités, pas seulement celui du numérique. Les appels lancés par les patrons en manque de main-d’œuvre dans les médias et les réseaux sociaux en sont la preuve évidente. 

Les raisons qui expliquent ce manque dépassent l’attribution de la PCRE : problèmes de formation et requalification, mauvaise rétention du personnel, départs à la retraite anticipée, investissements pour améliorer la productivité, etc. 

L’immigration pour contrer la pénurie de travailleurs

Pour pallier le manque de main-d’œuvre criant, plusieurs solutions sont évoquées, comme l’immigration, qui permet de combler de nombreux postes dans tous les domaines. Et la demande est au rendez-vous, comme l’indique Régis Michaud, fondateur de RM Recrutement International.

« Il y a trois ans, quand j’ai fondé mon entreprise, je nous voyais recruter environ 300 travailleurs par année en 2021, mais la réalité est que nous recrutons maintenant autour de 1000 travailleurs par année ».

Le nombre élevé d’employés que M. Michaud recrute à l’étranger pour ses clients est indicateur de la santé du bassin de main-d’œuvre québécoise. Plus sa compagnie reçoit de contrats, plus il est facile d’en déduire que les compagnies de la province n’arrivent pas à pourvoir leurs postes vacants avec des travailleurs locaux. Et cette situation s’est accentuée avec la pandémie, puisque 25 200 immigrants ont été accueillis en 2020, alors qu’ils étaient 40 600 en 2019. 

Le nombre global de postes à pourvoir dans notre province n’a donc jamais été aussi élevé qu’en ce moment.  « Toutes les industries en arrachent, confirme M. Michaud. On croyait que la situation allait s’améliorer après la pandémie, mais c’est encore pire. C’est fou dans tous les domaines ».

Le recrutement créatif

Benoît Ferland, spécialiste en recrutement dans le numérique, mentionne que malgré la position du Québec comme plaque tournante dans cette industrie, la rareté de la main-d’œuvre y est tout de même accablante.

« Bien que le recrutement à l’international soit un moyen efficace de remédier à la situation, il existe d’autres solutions à explorer avant d’en arriver là », déclare-t-il. 

Il faut dire que recruter à l’international demande beaucoup d’efforts. Les délais de traitement des dossiers par les deux paliers de gouvernement (27 mois en moyenne) et l’extrême lourdeur administrative, basée sur une multiplicité de critères (il faut compter 250 pages de déclarations pour la venue d’un seul travailleur étranger !), et la valse des programmes et des normes entravent les démarches de nombreux employeurs.

Alors, comment recruter du personnel sans faire appel à l’immigration ? Selon M. Ferland, afin de se donner une longueur d’avance, les entreprises dans le numérique doivent par exemple se positionner comme des employeurs de choix.

Une image de marque attirante, ainsi que des conditions de travail gagnantes, peuvent constituer une avenue intéressante. Plusieurs compagnies ont d’ailleurs pris l’initiative d’offrir aux candidats le nombre de semaines de vacances qu’ils veulent, en plus de moduler la rémunération et les avantages sociaux pour se démarquer.

Il est aussi possible de créer des partenariats avec les institutions d’enseignement, afin d’embaucher des étudiants, tout en développant des programmes de stage coopératifs. De former en continu et de requalifier des employés dans les nouvelles technologies afin de pouvoir les élever à d’autres postes. Ou encore d’impliquer concrètement les employés en les invitant à devenir actionnaires ou référenceurs de la société.

« Ce qui arrive avec cela, par contre, c’est que nous allons arriver à un point où les compagnies vont se cannibaliser en offrant des conditions et des salaires de plus en plus compétitifs », confie Régis Michaud. Certains postes très bien rémunérés ne trouvent pas non plus preneur, malheureusement.

Accueillir et externaliser des employés étrangers

Lorsque toutes les solutions locales ont été épuisées, il est temps de se tourner vers l’étranger et d’identifier les bassins de talents à travers le monde pour pourvoir des postes spécifiques.

Il faut cependant s’armer de patience et de détermination pour parvenir à embaucher ces heureux élus, qui sont aussi courtisés par d’autres provinces et états. Selon 52% des entreprises sondées par le CSQ, il faudrait permettre davantage d’immigration sur le sol du Québec, et beaucoup plus faciliter les démarches administratives qui la structurent. La plupart d’entre elles ont d’ailleurs recours à des firmes spécialisées pour parvenir à trouver leurs perles rares.

Les sociétés doivent aussi s’engager à bien encadrer ces nouveaux venus pour leur permettre de s’implanter durablement dans leur nouveau milieu de vie. Comme l’a indiqué l’expert Selin Deravedisyan-Adam au journal Les Affaires, « L’immigration, c’est comme une paire de chaussures: il faut que le pied s’ajuste bien à la chaussure. C’est en quelque sorte l’histoire de Cendrillon. » 

Benoît Ferland ajoute qu’il serait utile pour les entreprises que le Québec conclue plus d’ententes comme il l’a fait avec la France pour reconnaître les formations professionnelles étrangères. « Ça prendrait cela dans tous les secteurs », dit-il.

Dans l’attente, une autre solution gagne en force : l’externalisation, ou le recrutement d’employés étrangers travaillant à distance. 

Cette approche, de plus en plus populaire avec l’avènement du télétravail, est particulièrement prisée dans les technologies de l’information et le génie, qui ne nécessitent pas automatiquement la présence physique des travailleurs.

Les avantages de cette méthode sont nombreux : démarches administratives moindres, économies salariales importantes (de 30 à 50%) si la main-d’œuvre se trouve dans des pays où le coût de la vie est bien plus faible, bien-être des employés qui n’ont pas à se délocaliser.

Parfois, cette manière de procéder n’est qu’un premier pas avant une immigration en bonne et due forme du travailleur, mais elle est indéniablement rapide, efficace, et elle permet à la société comme au candidat recruté de savoir s’ils feront bon ménage à long terme.

Dans le contexte économique et professionnel mouvant que nous vivons aujourd’hui, l’externalisation peut donc constituer une solution tangible et gagnante pour les entreprises qui ne parviennent pas à combler leurs postes au niveau local. Même si rien ne remplace le contact humain, en bout de ligne. Un pensez-y bien !

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Vous voulez connaître quelques questions bizarres, louches et inhabituelles...
En lire plus
Pour plusieurs, tout, absolument tout, peut devenir une source...
En lire plus
Du 28 au 30 septembre prochains, les acteurs industriels...
En lire plus
Engager des professionnels techno compétents peut être tout un...
En lire plus

Emplois en vedette

Stratège UX (Temps plein ou partiel)
  • Date de publication22 septembre 2021
  • EntrepriseReptile
  • VilleBrossard
Spécialiste CRM
Producteur(-trice) numérique
Spécialiste de l’expérience client
  • Date de publication16 septembre 2021
  • EntrepriseEspresso Jobs
  • VilleMontreal
Coordonnateur(-trice) de projets numériques
  • Date de publication6 septembre 2021
  • EntrepriseKlixi.io
  • VilleMontreal
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM