Comment encourager les filles à coder ?

Comment encourager les filles à coder ?

Une conférence organisée à Montréal pour encourager les jeunes femmes à se lancer en informatique…

Les femmes sont encore peu présentes dans le domaine des technologies de l’information (TI). Le mouvement montréalais Les Filles et le code veut amener davantage de jeunes filles à envisager d’y travailler. C’est dans cette optique qu’une première journée carrières dédiée aux jeunes femmes était organisée samedi.

La communauté techno québécoise réclame la parité

Des recommandations pour plus de femmes en TI

L’événement se tenait à l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal. On y présentait des ateliers et des conférences. Les 200 participantes avaient aussi la chance d’y rencontrer des panélistes travaillant déjà dans le milieu des TI.

« Les filles qui sont là aujourd’hui sont au cégep et à l’université, qui sont des moments assez décisifs [pour le choix] de ce qu’on a envie de devenir, dans ce qu’on a envie d’explorer. J’ose espérer qu’on leur aura donné la piqûre », explique la panéliste Cassie Rhéaume, panéliste invitée et directrice chez LightHouse Lab.

L’initiative Les Filles et le code, chapeautée par Concertation Montréal, en est seulement à sa première année d’existence. À court terme, son objectif est clair : intéresser les filles au domaine de l’informatique dès qu’elles ont 12 ans.

Disparité femmes-hommes

En 2017, une étude de l’organisme TECHNOcompétences révélait que les femmes représentent 20 % des employés en technologies de l’information.

« Il y a des femmes qui ont réussi à percer le marché, donc c’est possible et il faut offrir ces modèles-là aux jeunes filles adolescentes », explique Richard Deschamps, président de Concertation Montréal.

La disparité entre les femmes et les hommes se fait aussi sentir dans les salles de classe.

« On est à peu près entre 2 et 5 filles par tranche de 45 étudiants », explique Marie-Philippe Gill, étudiante en génie logiciel à l’ÉTS.

Être seule dans un milieu majoritairement masculin l’a longtemps fait hésiter à se lancer dans le domaine.

« Je me demandais : est-ce que j’allais être assez forte pour passer à travers » se souvient la future ingénieure, qui parle aussi de sa passion pour la technologie sur son blogue, sa chaîne YouTube et son compte Instagram, qui compte 31 000 abonnés.

« Ce genre de journée là, c’est parfait justement, parce que si on est toutes seules dans nos classes, comme moi au cégep, ça va être difficile de rencontrer d’autres femmes en informatique », résume-t-elle.

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Travailler de la maison ou d’un café : certains...
En lire plus
L’équipe de Espresso-jobs vous propose de revoir les cinq...
En lire plus
Les recruteurs s’arrachent les cheveux à tenter de combler...
En lire plus
C'est bien beau de vouloir apprendre un langage de...
En lire plus

Emplois en vedette

Analyste numérique (SEO / SEM)
Coordonnateur(-trice) ventes et service-client chez Espresso-jobs
  • Date de publication20 mai 2019
  • EntrepriseEspresso Jobs
  • VilleMontréal
Développeur(-euse) Java/Backend
  • Date de publication17 mai 2019
  • EntrepriseBKOM STUDIOS
  • VilleQuébec
Développeur(-euse) WEB PHP (full stack)
Coordinateur(-trice) de soumissions
  • Date de publication13 mai 2019
  • EntrepriseLudia
  • VilleMontréal
Développeur(euse) Backend
  • Date de publication3 mai 2019
  • EntrepriseLudia
  • VilleMontréal
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM