Les gameuses du Québec systématiquement harcelées en ligne

Les gameuses du Québec systématiquement harcelées en ligne

Cunt, « va me faire un sandwich », « grosse vache », les joueuses de jeux vidéo multijoueurs se font abreuver d’insultes à presque chaque partie.

Au Canada, il y a autant de joueuses de jeux vidéo que de joueurs, selon l’Association canadienne du logiciel de divertissement. Les jeux vidéo sont d’ailleurs perçus comme un divertissement grand public par 80 % des Canadiens.

Étonnant que les gameuses ne se sentent pas les bienvenues dans les jeux en ligne, et qu’elles s’y fassent même copieusement insulter!

Au mieux, les joueuses se font dire d’arrêter de jouer aux jeux vidéo. Au pire, elles reçoivent des menaces de viol sur leur corps mort. Dans tous les cas, des joueurs n’acceptent pas que des femmes jouent au même jeu vidéo qu’eux.

« On nous fait comprendre que ce n’est pas notre place, » résume l’étudiante en maîtrise en communication, jeux vidéo et ludification Pauline Zampolini. Elle-même a cessé de jouer au jeu en ligne League of Legends à cause du climat toxique envers les femmes, mais aussi envers les minorités.

« Il y a beaucoup d’insultes racistes et homophobes, même si (les joueurs) ne savent pas qui est derrière l’écran, déplore Sophie Déziel, développeuse web et gameuse. C’est hallucinant comment c’est dégueulasse et dégradant pour tout le monde! »

Extrait d’un montage d’insultes reçues par une joueuse du jeu Overwatch.

Twitch maintenant, mais ça ne date pas d’hier

« Ça dure depuis longtemps, et ça ne va pas en s’améliorant, » constate Lyne Bouthillette, directrice des communications et du marketing chez Randolph, mais aussi streameuse de jeux vidéo sur la plateforme Twitch.

Twitch permet de suivre des parties de jeu vidéo en direct, et beaucoup d’adeptes se filment grâce à leur webcam alors qu’ils jouent.

« L’objectif de Twitch est de permettre de communiquer, de donner notre opinion, de partager avec les gens des jeux, mais à propos de la vie en général aussi, explique Lyne Bouthilliette. Il y a des gens qui se connectent sept jours sur sept! On devient des confidents, des amis, des gens pour qui l’opinion est importante. »

Malheureusement, Twitch reçoit souvent la visite de trolls, qui ne proviennent pas de cette communauté basée sur la fraternité et l’amour du jeu vidéo. « On en a à toutes les semaines, et beaucoup plus les filles que les gars. Sur notre chaîne, c’est minimum un par jour! »

Lyne Bouthilliette, joueuse et directrice des communications et du marketing chez Randolph.

Une croyance populaire veut que les hostilités contre les gameuses en général aient été déclarées quand des femmes ont commencé à montrer de larges décolletés sur Twitch en jouant à des jeux vidéos. (On s’entend, un décolleté n’est pas une invitation au harcèlement sexuel.)

De toute façon, c’est faux : le harcèlement est là depuis toujours, selon Lyne Bouthilliette.

« Je me souviens d’une compétition de NHL à l’époque, en 1998, illustre la joueuse. Parce que j’étais une fille qui battait des gars, on ne croyait pas que j’étais une fille, ou on disait que j’étais une saloppe ou que je passais la manette à un gars. »

Ces insultes sont encore plus fréquentes de nos jours, souligne Sophie Déziel. « Des fois, je vais en avoir trois dans la même journée! »

Les mêmes insultes reviennent continuellement

« Check la grosse lesbienne qui s’pense bonne! »

« Wooo! J’y mangerais le cul. »

« Montre-moi tes boules pour 30 $. »

« Tu fais quoi pour 15 $?

« Une fille qui parle de jeux vidéo? HAHAHAHA. »

« Retourne dans ta cuisine la conne. »

Voici un échantillon d’insultes que Lyne Bouthilliette a inséré dans son cri du coeur d’une gameuse sur Urbania plus tôt cette semaine. Qu’elles soient en anglais ou en français, c’est « sans cesse les mêmes répliques, témoigne la gameuse. C’est épouvantable de se faire juger sur son physique, on n’est pas là pour ça! »

Retourne dans la cuisine, va me faire un sandwich, saloppe : Sophie Déziel les a entendues aussi en jouant en ligne.

« Il ne sont pas très originaux, je dois dire. C’est tout le temps les mêmes choses, tout ce qui est à caractère sexuel. C’est de la méchanceté pure. Comme ils n’ont pas mon identité, ils n’ont rien d’autre sur quoi m’attaquer, sinon ça ferait probablement plus mal. On se fait une carapace, c’est le mieux qu’on peut faire. »

Sophie Déziel, joueuse et programmeuse web.

« Les pires commentaires que j’ai reçus, c’était sur Twitch, souligne Sophie Déziel. Des gens qui veulent que je me déshabille, ou encore une vague de personnes qui arrivaient en même temps et qui me donnaient une note sur 10 pendant que je joue. »

Les jeux en ligne par matchmaking

Certains jeux vidéo en ligne tels que Call of Duty, League of Legends et Overwatch forment des équipes selon un algorithme regroupant des joueurs qui ne se connaissent pas, mais qui sont du même niveau.

Dans ces jeux, il est possible de parler dans son micro et de s’écrire. Pratique pour le jeu stratégique, mais moins pour les joueuses.

Il est fréquent que les joueurs se déchaînent sur une joueuse lorsqu’ils se rendent compte qu’elle est une femme, comme la joueuse de Rainbox Six Siege Spawntaneous en a donné l’exemple dans ce montage.

Sophie Déziel vit la même chose lorsqu’elle joue en ligne avec son micro. « Quand il y a la voix et qu’ils réalisent que t’es une fille, soit ils se déconnectent automatiquement, soit ils sont juste désagréables. »

Stéphane Villeneuve est professeur à l’UQAM en intégration des technologies de l’information et de la communication, et spécialiste de la cyberintimidation. Selon lui, c’est effectivement pire d’être une joueuse que d’être un joueur.

« Il y a des études qui ont démontré qu’à l’intérieur d’un jeu où l’on tire, les commentaires étaient plus insultants et plus violents lorsque l’homme avait perdu contre une femme. »

Harcèlement criminel subi par une gestionnaire de communauté

Sophie Thériault est gameuse et internaute depuis qu’elle a 8 ans. Elle en a maintenant 42. Elle n’a jamais ressenti le besoin de s’afficher en tant que femme en jouant, ni de streamer ses parties sur Twitch.

Sophie Thériault, étudiante en maîtrise en communication, jeux vidéo et ludification.

« Je me considère chanceuse de ne pas avoir été victime de sexisme en tant que gameuse, relate l’étudiante à la maîtrise en communication, jeux vidéo et ludification. À ma voix, souvent les gens pensaient que j’étais un petit garçon de 12 ans. Quand ils ont fini par comprendre que j’étais une fille, j’étais déjà one of the boys. Je bottais des derrières au jeu, alors j’avais déjà gagné un certain respect avant qu’ils se rendent compte qui j’étais réellement! »

Le harcèlement, Sophie Thériault l’a vécu alors qu’elle était gestionnaire d’une communauté d’un jeu connu qu’elle préfère de pas nommer pour ne pas ternir « une communauté qui est extraordinaire ». C’est la première fois qu’elle en parle publiquement.

« J’étais hyper bien acceptée. Moi, je gérais ma communauté. Je ne m’affichais pas comme femme, et quand les gens comprenaient que j’en étais une, c’était quand même bien reçu. »

Jusqu’au jour où la gestionnaire de communauté a dû bannir un utilisateur qui se créait des comptes à répétition pour publier du contenu indésirable, des spam. Ça ne lui a pas plu. Et là, il s’est rendu compte que Sophie était une femme.

Salut mademoiselle, j’ai bien aimé parcourir ta page Facebook LOL. J’avais bien deviné que tu étais une grosse vache haha ! Tu vois ? Je t’avais bien dit que j’étais un bon devineur. J’avais raison sur le jeu pour lequel tu travailles et j’avais raison sur toi LOL Alors dis-moi mademoiselle. Est-ce qu’une grosse vache laide comme toi s’embête à se maquiller? Essuyer son cul? Prendre une douche ? LMAO. Dis-moi, à quoi ça sert? C’est comme mettre du rouge à lèvres sur une truie, une perte de temps car tu seras toujours une truie. hahahaha OK, c’est tout ce tu mérites pour l’instant. Je viendrai te reparler à la fin de la phase [redacted]. Ne me déçois pas.

Elle travaillait alors de nuit à gérer une crise au sein de la communauté. L’utilisateur l’a contactée via le forum pour faire part de son mécontentement. « Il a commencé à être de plus en plus agressif, et à s’attaquer à ma sexualité, » se souvient péniblement Sophie.

Le harceleur a réussi à trouver son compte Facebook, son adresse courriel, son numéro de téléphone. Sophie Thériault a commencé à recevoir des insultes « extrêmement dégradantes », et même des menaces.

Meuuuuuuu LOL tu me donnes une dysfonction érectile lol. Nous sommes un groupe important de fauteurs de troubles sur Internet répartis sur toute la planète. Nous avons des membres dans tous les principaux fournisseurs de services Internet au Canada. Nous avons des membres à Montréal. Pour l’instant, tu n’es pas sur notre liste de choses à faire, mais garde cela à l’esprit, grosse vache. Si tu ne parles pas assez bien l’anglais, t’as rien à faire sur Internet, en particulier en tant que gestionnaire. Ta place est au Mcdo de ton quartier. T’es une grosse vache de merde et je veux que tu t’en rappelle et que tu y réfléchisses. Je te dis bye pour le moment !

« C’est une chose de recevoir le backlash d’une communauté qui n’est pas contente, expose Sophie Thériault, mais ça par contre, d’aller s’attaquer à mon apparence! Juste son vocabulaire et sa façon de s’adresser à moi était inquiétante. »

Épuisée, en pleine gestion de crise causée par un manque de personnel modérateur, les insultes sont allées droit au coeur de Sophie. « Je ne me suis pas sentie bien, parce qu’il a été jusqu’à voir des photos de moi, fouiller mon identité, pour après en profiter pour m’objectiviser. »

Des plaintes ont été faites à la police, et Sophie a contacté la CNESST, qui a jugé qu’il ne s’agissait pas d’une « vraie agression ». Plus d’aide du côté de l’employeur, mais pas assez. Sophie Thériault a fini par quitter son emploi. « C’était la goutte qui a fait déborder le vase! »

Des effets réels sur la santé mentale

Si ces commentaires insultants et répétitifs ont le but de faire du mal aux filles, ils y parviennent. Le caractère « virtuel » du harcèlement en ligne n’enlève rien à la douleur qu’il inflige, au contraire.

« Il y en a qui considèrent que c’est encore plus dommageable en ligne, » souligne le professeur Stéphane Villeneuve.

Stéphane Villeneuve, professeur à l’UQAM en intégration des technologies de l’information et de la communication, et spécialiste de la cyberintimidation.

« Sur le harcèlement en ligne, il y a toutes sortes de conséquences psychologiques, poursuit Stéphane Villeneuve. L’estime de soi est affectée. Souvent ce qui va arriver, c’est que la fille va quitter le jeu : elle va faire de l’évitement. »

Le harcèlement peut exercer une pression telle sur la joueuse qu’elle peut avoir besoin d’un arrêt de travail, souffrir d’anxiété, de trouble du sommeil.

« Tu te fais dire des commentaires tellement épouvantables, et c’est répétitif! déplore la streameuse Lyne Bouthilliette. Ça m’a marquée et ça me marque encore à tous les jours. Je vis avec ce jugement-là. »

Pourquoi harcèle-t-on?

Selon Stéphane Villeneuve, ces harceleurs en ligne ne sont pas des trolls. Le problème est pire, et prend sa source dans leur système de valeur : « comment ils vont considérer la femme ».

« Ce n’est pas nécessairement juste pour le désir de provoquer, explique le professeur. Ces gamers ont la perception que le jeu vidéo est comme un univers d’hommes. Les femmes sont comme un peu des intrus. Que les filles soient plus fortes qu’eux dans un jeu, ça touche leur masculinité. Il ont besoin de se sentir hommes à l’intérieur de cet univers-là.

Selon le professeur, deux facteurs principaux peuvent prédire le harcèlement sexuel, qu’il soit en ligne ou hors ligne.

1. L’orientation de dominance sociale

Certaines personnes croient que la société comporte des groupes sociaux plus forts que d’autres, comme celui des hommes par rapport aux femmes dans ce cas-ci.

« Ces gens-là vont penser que la fille est quelqu’un d’extérieur à eux, explique simplement Stéphane Villeneuve. Cette valeur-là va leur faire dire des insultes et du harcèlement, en voulant avoir des photos intimes et des faveurs sexuelles. »

2. Le sexisme hostile

Ce sexisme plus profond n’est pas dirigé vers un groupe de personnes au niveau individuel, mais vers toutes les femmes.

« C’est une antipathie envers les femmes, expose le professeur. Ce n’est pas juste du sexisme, mais une coche au-dessus. »

Les personnages féminins dans les jeux vidéo

La culture sexiste des jeux vidéo n’aide en rien la perception qu’ont certains gamers des femmes. La façon même dont sont dessinés les personnage féminins contribue à donner une image précise de la femme qui n’est pas à leur avantage.

Comme le souligne le professeur Stéphane Villeneuve, on a trop souvent affaire à des « princesses fragiles qu’il faut soutenir », ou alors à des « dominatrices aux vêtements provocateurs assez suggestifs ».

« Le fait de jouer à des jeux où les femmes sont sexualisées, ça légitimise le harcèlement en ligne et favorise le harcèlement sexuel dans la vraie vie, » soutient le professeur.

Extrait d’un guide de création de personnages de jeux vidéo

« C’est tellement inclus dans la culture, constate Pauline Zampolini. Certains jeux aux communautés plus jeunes reproduisent cette culture de manière plus systématique. Si je prend le jeu Fortnite, ça vise des garçons de 11 à 14 ans qui sont en contact avec cette culture-là beaucoup plus tôt. Ils la reproduisent sans se poser de questions. »

Pauline Zampolini, joueuse et étudiante à la maîtrise en communication, jeux vidéo et ludification.

« Même les femmes finissent un peu par se dire que c’est ce qu’elles valent, déplore Stéphane Villeneuve. Elles se voient comme soit fragiles ou sexualisées . Les femmes qui jouent peuvent se sentir moins compétentes, justement à cause de cette objectification de la femme. »

Les gars, meilleurs que les filles?

Parlons-en, de la compétence. Les commentaires négatifs reçus par les gameuses concernent souvent leur manque d’aptitudes au jeu. Qu’en est-il?

Statistiquement, il est vrai que les femmes produisent un peu moins de bons résultats que les hommes en jeu vidéo… ce qui s’explique facilement, selon Pauline Zampolini.

« Depuis longtemps, on limite l’accès aux jeux vidéo aux filles parce qu’on estime de facto qu’elles sont moins bonnes. Le niveau est globalement moins bon, mais quand ça fait des années que tu es dans ce milieu-là, que tu as joué avec tes frères, que tu as eu des consoles, c’est sûr que tu as une longueur d’avance! Les filles ont un contact beaucoup plus tardif, donc le niveau est moins bon. »

L’anonymat, vecteur d’impunité

Le joueur harceleur est aussi caché derrière son écran. Dans la vie comme dans le virtuel, ses valeurs ne changent pas. Toutefois, elles seront amplifiées en ligne.

« Derrière un écran, on amplifie les comportements et les valeurs qu’on a, expose le professeur Stéphane Villeneuve. Si un homme se sent un peu supérieur aux femmes, en ligne il a beaucoup plus de chances de se faire reconnaître. Il sait que les conséquences, il n’y en aura pas. C’est certain que ces gens-là, c’est des gens le feraient peut-être moins dans la réalité et plus en ligne. »

Le sexisme en jeux vidéo, même en vrai

Le sexisme en jeux vidéo se voit aussi face à face. Pauline Zampolini a fait plusieurs tournois de sports électroniques. Dans l’un d’entre eux, elle était la dernière membre de l’équipe à s’installer à la table des joueurs avant que la partie ne commence.

Pauline ne connaissait pas tous les autres coéquipiers, comme ça arrive souvent en tournoi. Pour l’un d’entre eux, il était « complètement inconcevable que ce soit une fille qui joue dans son équipe ».

« Il m’a regardée et m’a dit “ Tu ne peux pas jouer, on est en tournoi, on est entre gars! ” Il n’avait pas compris que c’était moi la personne manquante de son équipe. Il a regardé toute l’équipe et a dit : “ C’est une fille qui va jouer? ”. »

Ce sexisme va parfois plus loin, comme en témoigne cette vidéo filmant un tournoi en 2012. Le vidéaste et entraîneur d’une équipe se concentre avec insistance sur le physique de l’une de ses joueuses, la seule femme du tournoi.

Source : Kotaku.

Un identifiant masculin pour avoir la paix

Pour plusieurs joueuses, la seule façon d’éviter le harcèlement est de cacher à tout prix qu’elles sont des femmes : pas d’indice dans l’identifiant de la joueuse, rien de féminin dans l’avatar, un choix de personnage bien masculin. Et surtout, on ne touche pas au microphone!

Amélie Labonté n’a pas pris ces précautions. Dans son identifiant, on lit tout de suite qu’elle est une fille. Résultat : elle se fait insulter à « presque chaque game. » Difficile de changer maintenant, parce que toute l’expérience, les points et les outils qu’elle a accumulés au fil des parties sont associés à son identifiant. En le masculinisant, elle repartirait à zéro.

Amélie Labonté, joueuse et psychoéducatrice.

« Je suis rendue habituée aux insultes, soupire la psychoéducatrice. Avoir su, je n’aurais pas choisi un nom féminin, honnêtement. Rendue là, un moment donné une partie de moi l’a assumé. Si tu n’es pas capable de comprendre qu’il y a des filles qui jouent… »

Son truc lorsque confrontée au sexisme, c’est de mettre le joueur sur mute. On ne voit alors pas ce qu’il écrit ou ce qu’il dit au micro. N’empêche, elle en a reçu, des vacheries. Selon les joueurs harceleurs, elle est sûrement grosse, elle devrait désinstaller son jeu, ou alors un gars aurait mieux réussi telle manoeuvre.

« Si ta game ne va pas bien, il y en a toujours un qui se met à insulter. Si ça va très bien, c’est l’équipe adverse qui se met sur ton cas. »

Dans le jeu d’Amélie, une partie, c’est 40 minutes. Ça en fait beaucoup, des « va faire des sandwichs et lâche les jeux vidéo. »

Selon Sophie Thériault, « la solution ne devrait pas être de cacher son identité sexuelle. »

La solution alors, elle est où?

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Pour lui, devenir directeur-créatif d’une boite de jeux vidéo...
En lire plus
Travailler un maximum de 35 heures et profiter du...
En lire plus
La gameuse professionnelle Miss Harvey nous parle de son...
En lire plus
Bonne nouvelle pour les amateurs de jeux vidéo du...
En lire plus

Emplois en vedette

Développeur(-euse) web back-end
Développeur(-euse) front-end / Intégrateur(-trice) Web
  • Date de publication23 avril 2019
  • EntrepriseRiposte
  • VilleMontréal
Développeur(-euse) full-stack PHP / JS
  • Date de publication23 avril 2019
  • EntrepriseRiposte
  • VilleMontréal
Développeur(euse) Backend
  • Date de publication29 mars 2019
  • EntrepriseLudia
  • VilleMontréal
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM