4 boulots technos sur la sellette en raison de l’IA

4 boulots technos sur la sellette en raison de l’IA

Les experts et les analystes ont mis en garde le monde des technos de l’information (TI) : l’automatisation dévastera le marché du travail…

Les professionnels de la technologie aux rôles plus complexes pourraient-ils être supplantés par les logiciels ? C’est une question sur laquelle Nick Kolakowski, de dice.com, s’est penché. Selon lui, il s’agit d’une question « très importante et terrifiante. »

Fin 2017, le McKinsey Global Institute a publié un rapport suggérant que l’automatisation laissera de nombreux emplois technologiques relativement intacts. Mais l’automatisation ne sera pas une bonne chose pour tous. De nombreuses entreprises examineront ces outils qui permettent d’économiser de la main-d’œuvre et décideront qu’elles peuvent se débrouiller avec de plus petites équipes.

Sur le même sujet :

Neuf emplois à l’abri des robots et de l’intelligence artificielle

IA et emploi : les Québécois plus curieux qu’inquiets

Une nouvelle religion qui vénère l’Intelligence artificielle !

Si les plus performants bénéficient de l’automatisation, il va de soi que tout le monde ne survivra pas lorsque de nouvelles plates-formes plus sophistiquées seront mises en ligne. En gardant cela à l’esprit, voici les quatre emplois technologiques les plus menacés par l’automatisation et l’IA:

Administrateurs de centres de données

Au cours des dernières années, diverses sociétés de logiciels se sont concentrées sur la création d’outils permettant d’automatiser la maintenance de l’infrastructure informatique. Au fur et à mesure que ces services sont mis en service, ils réduisent le besoin de spécialistes de l’infrastructure informatique et d’administrateurs de centres de données. Alors qu’à l’époque, la règle générale était de 100 serveurs par administrateur, le nouveau logiciel permet à un seul administrateur de gérer des milliers de serveurs !

Les sauvegardes, le approvisionnements des machines virtuelles et la sécurité ne sont que trois processus clés que les entreprises peuvent laisser au logiciel. Pour survivre, les administrateurs de centres de données et les administrateurs de système devront devenir plus interdisciplinaires et créatifs, ce qui inclut l’apprentissage du code.

Personnel du service d’assistance

Plus tôt cette année, Google a présenté Duplex, une plateforme d’Intelligence artificielle qui contactera un restaurant et fera une réservation pour un utilisateur. À l’époque, Google prétendait qu’elle n’avait pas l’intention d’étendre Duplex au-delà de ça, du moins pour le moment.

Si Google (ou toute autre entreprise de technologie, comme IBM) peut créer un assistant automatisé avec un langage humain, les entreprises l’utiliseront pour éliminer le personnel des centres d’appels. C’est une mauvaise nouvelle pour ces employés, dont le nombre pourrait être réduit de façon exponentielle par les logiciels.

Cependant, il peut s’écouler plusieurs années avant que l’IA n’atteigne un niveau de sophistication lui permettant de prendre en charge toutes les demandes des clients.

Programmeurs

Les programmeurs sont-ils à l’abri de l’automatisation ? C’est l’un de ces longs débats en technologie. Certains experts soutiennent que la programmation exige un niveau de créativité et d’intuition que les machines ne peuvent reproduire ; d’autres insistent sur le fait que la majeure partie de la programmation est assez simple, au point que l’automatisation peut prendre le relais pour plusieurs types de codage.

La montée en puissance des développeurs d’applications sans ou avec peu de codes n’est qu’une facette de cette évolution ; en théorie, les futures plates-formes logicielles seront en mesure d’assembler des programmes relativement simples en quelques clics de souris.

Que la programmation devienne plus automatisée ou non, la clé pour survivre en tant que programmeur est de développer des compétences au-delà du codage.

Analystes de données

Celle-ci est un peu plus étendue, mais il est théoriquement possible que les plates-formes d’analyse de données, améliorées par l’apprentissage automatique, commencent à remplacer les analystes de données humaines.

Encore une fois, il s’agit là d’une prédiction, ne serait-ce que parce que les entreprises de recherche laissent généralement entendre que le besoin d’analystes de données (et de scientifiques des données) dépassera largement la demande dans les années à venir.

Mais il n’est pas exclu que des « outils intelligents » puissent remplacer l’obligation d’embaucher une « personne chargée des données » dans de nombreuses entreprises.

Articles similaires

Découvrez Tous les articles
Parfois, les entretiens d’embauche se passent bien… mais quelque...
En lire plus
Que vous soyez débutant, intermédiaire ou avancé, plusieurs ressources...
En lire plus
Présentés comme des outils capables de surpasser l’humain, les...
En lire plus
Pourquoi le milieu du génie est-il intrinsèquement lié aux...
En lire plus

Emplois en vedette

Journaliste
Directeur.rice de l’information | Télétravail | Salaire concurrentiel
Coordonnateur.rice marketing, RH & recrutement
Chef de projets bilingue (marché anglophone)
  • Date de publication2 août 2022
  • EntrepriseYapla
  • VilleMontréal
Agent.e au développement des affaires
  • Date de publication21 juillet 2022
  • EntrepriseTriple Boris
  • VilleVarennes, Repentigny ou télétravail
Développeur.euse Mobile .NET
  • Date de publication21 juillet 2022
  • Entreprisenventive
  • VilleMontréal
Développeur.euse Full-stack, profil M&S
  • Date de publication21 juillet 2022
  • Entreprisenventive
  • VilleMontréal
Spécialiste paid ads– Rive-Sud – à partir de 50K
#
Recevez une alerte ciblée!

Soyez le premier informé des postes offerts correspondant à votre profil.

Inscrivez-vous
#

Soyez informé de nos dernières offres d’emploi, nouvelles et articles.

Range

KM